LAF
Retour à l'Accueil

 

1390 Th16-P Où tout est inversé…

 

Reste belle ma Vie, à ne plus t’enlaidir
aux regards de vicieux qui t’imposent leurs lois.
Reste pure à ton Corps, sa Beauté et sa Foi,
sans voiles face aux vols de tes vrais Souvenirs…

Où tout est inversé…

L’Ailleurs était très loin…
Il est juste à côté.
L’Amour était impur…
Il est la « Pureté ».
La Vie [était phémère]…
Elle est l’Eternité.
[L’Amor] était guerrière…
Elle est la Charité.
Son temps était si court…
Il est l’immensité.
A l’espace si dense…
Il danse ex temps compté.
En trous noirs si nocifs…
Devenant Vérité.
D’Energie si véloce…
En immobilité.
De Parole fugace…
En son verbe sacré.
Et tout un Paradoxe…
Un « Mémoire oublié…
En assemblée de sages…
A le remémorer.

A l’Histoire d’un temps…
Né d’une Humanité…
De guerres et souffrances…
annihilant bonté.
En des cœurs misérables…
Offrant leurs cruautés.
Pantins, à des pantins…
A l’horloge étriquée.
Homme, né pour l’Amour…
Mourant de trop tuer.
Et se passer d’un Tout…
Où tout l’eut pu aider.
Morale, Esprit de l’ »Autre ».
Empathie, équité…
Mais constat roturier…
Tares incontestées.
A puiser dans l’erreur…
Leurs seules vérités.
De force, aux plus nocifs…
D’injustices Gavés.
De nourriture infecte…
Au cœur et au gosier.
D’un Tout où tout est inversé !

Reste Belle mon Âme A ton Âme donnée.
Il fut un temps de guerre à revenir d’Amour.
Il est temps désormais, à la grande Clarté…
Sur la Terre et son Eau à briller, pour toujours…